+41 78 223 12 38 emma@plumebis.com
Dix mots pour une poésie – mois de juin

Dix mots pour une poésie – mois de juin

Quand un nouveau mois commence, je poste sur ce blog un article rédiger une poésie à partir de dix mots. C’est une contrainte qui permet de libérer l’écriture. 

Dix mots de juin

Ce mois, j’ai choisi des mots qui ont une sonorité particulière à mon sens. Vous pouvez composer votre texte avec les dix mots pour une poésie, dans l’ordre qui vous convient. Je suis déjà curieuse de lire vos poèmes.

Thème 

Les dix mots de juin sont librement inspirés et n’ont pas de thème commun précis, excepté une certaine profondeur. Pour ce mois d’été, nous serons mystérieux. Je n’en dis pas plus et vous laisse découvrir les dix mots.  

Choix des mots

morose, cacher, parcourir, loin, abri, intériorité, âme, yeux, moyen, ligne

Comment participer ?

 Recopiez ces dix mots sur un papier ou sur une page de traitement de texte, imprégnez-vous de ces mots et écrivez. Indiquez simplement les mots donnés en mettant une étoile *. Lorsque votre poésie est rédigée, insérez-la en commentaire de cet article. La participation est ouverte à tous, en tout temps.

Forme d’écriture

Prose ou poésie, la forme est libre.

Peinture

Odilon Redon, Yeux clos, 1890 (domaine public)

Articles précédents

Voici quelques articles des mois passés avec la contrainte des 10 mots.

Frisson

Frisson

Dans l’amplitude de ton âme,
Mon coeur s’abandonne
Comme un papillon
Et reprend son souffle.
Peu à peu, chacune de mes cellules,
Laisse tomber ses barrières, se renforce,
Accepte douleurs et échecs
Et grandit dans l’équilibre.
L’échange sans mots,
Et avec lui, tous les possibles sont là,
La joie des instants, le bien-être délicat,
La lumière de tes yeux.

Emmanuelle de Dardel

La page blanche

La page blanche

A mon enseignante au collège


L’angoisse noire de la page blanche,
Le pire cauchemar de l’écrivain

Généreuse quand on est volontaire,
Elle s’efface à peine a-t-on lâché.

On a tous expérimenté un jour,
L’écriture sur le conseil d’un autre.

Il suffirait d’ailleurs, selon cet autre,
D’écrire sur la feuille devant soi.



Forcer la plume n’a que peu de sens,
Puisqu’en retour le trait s’éteint en douce.

C’est alors que la chance me sourit
Et vient à nous grâce aux yeux rieurs verts

De la plus inoubliable enseignante
A la fois si réservée et ouverte

Par son seul regard, elle a su transmettre
Des éléments qui me marquent à jamais.

© Emmanuelle de Dardel

Pin It on Pinterest

Open chat
1
Besoin d'aide ?
Bonjour,
Comment puis-je vous aider ?