Les effluves du printemps

Les effluves du printemps

Il y a quelques jours,
Les parfums ont changé,
L’air devient plus clément,
Chargé d’odeurs diverses.

Comme si la nature,
A moitié éveillée,
Offre déjà tout d’elle,
A tous ses habitants.

Les fleurs du printemps s’ouvrent,
Libèrent leurs effluves,
Imprègnent leurs couleurs,
Et charment tous nos sens.

C’est la belle saison,
Profitons-en encore,
Agissons à outrance,
Avant qu’elle ne s’éteigne.

Emmanuelle de Dardel

Peinture : Ambrosius Bosschaert the Elder (Dutch, 1573 – 1621), Flower Still Life, The J. Paul Getty Museum

D’autres poésies naturelles sur ce blog.

Recette d’écriture

Recette d’écriture

Pour écrire, j’ai besoin de calme absolu,
Pendant plusieurs jours avec moi-même,
Dans mon environnement préféré,
Bien entourée.

Pour écrire, j’ai besoin de laisser venir les émotions,
Sentir ce qui se passe au plus profond de moi,
Etre attentive au moindre détail,
Même insignifiant.

Pour écrire, j’ai besoin de tout écouter, absolument tout,
Et je choisis ensuite les éléments les plus exigeants,
Ceux qui me chuchotent de manière incessante,
C’est moi.

Pour écrire, j’ai besoin de perdre, souffrir, manquer, pleurer,
De ce je ne sais quoi qui me déchire l’âme,
Qui ouvre tout mon intérieur,
Et me laisse à nu et sans vie.

Emmanuelle de Dardel

D’autres poésies intimes.

Image : poème mural d’Adonis, à Leiden, Pays-Bas

***

Texte du poème mural d’Adonis

Loss

Loss, loss. Loss saves us. It guides our footsteps.
And loss is a radiance.
All else is a mask.

Loss unifies us with something other than us.
And loss fastens the face of the sea to our dreaming.

And loss is just waiting.

Adonis (1930 – ), poète syrien

To commemorate 400 years of Arabic Studies in Leiden (1613-2013)

Aquarelle crépusculaire

Aquarelle crépusculaire

Le soleil tombe 
Une teinte saumonée 
Des fils, des traits, des nappes de peinture
Crème, gris rose et rose orange 
sur fond bleu tendre. 

Une aquarelle si légère 
Peinte à la tombée du jour 
Par un artiste passionné 
Par les nuances 
Du crépuscule. 

Imperceptiblement,
L’orange et le saumon 
Changent en un instant
Impression rose tendre fugace 
Coloris devenu mauve. 

Une harmonie de couleurs
La réalité rejoint l’imagination 
Enchanteresse. 
Ravissement des sens et 
Fascination. 

La nuit peut tomber,
Sublimation des couleurs 
Jusqu’à l’heure des rêves. 
Grâce aux mines célestes 
D’un graveur de nuances. 

Emmanuelle de Dardel

Image : pxhere.com

Rêver et…

Rêver et…

I
Le jour est levé,
Tous les projets sont rêvés,
Ne reste qu’à agir.

II
Rêver c’est dormir,
Mais c’est aussi programmer
Des pensées en actions.

III
Avec le rêve,
Les idées riches de sens,
Sont réalisables.

IV
N’arrêter
Ni de rêver, ni de dormir,
Ni d’agir. Pied de nez.

Le brouillard

Le brouillard

I.
La ville se dilue dans le brouillard,
Les habitants sont oppressés,
Ils sont tapis derrière leur porte,
Et attendent le printemps.

II.
Le brouillard recouvre la route,
Il est épais, dense et inamovible,
Il ressemble à un nuage impalpable,
Et enserre la végétation de sa toile blanche.

III.
Depuis des jours et des nuits,
La mer de nuage a envahi la vallée,
Le soleil darde ses rayons sur ce miroir blanchi,
Sans pourtant parvenir à l’atteindre.

Emmanuelle de Dardel

Image : pxhere.com

D’autres poésies naturelles.