Elle qui ruisselle tout au long des murs froids,
Semble souvent suivre un chemin accidenté,
Sur les dessins amers de sensibilité,
A l’intérieur des terres dont elle est la proie.

Pourtant exubérante et pleine d’énergie,
Elle se défait alors de ses belles couleurs,
Cela parait se faire sans peurs ni aigreurs.
Alors invisibles, les empreintes sont vives,

Profondes et raides. Il faut maintenant dire
Que la douce trace s’est transformée depuis
En falaise abrupte. Providentiel appui
Pour faire aisément face aux viles infamies.

© Emmanuelle de Dardel

Image : pxhere.com

D’autres poésies personnelles.

Shares
Share This