La honte n’éclate pas, c’est un leurre ; il n’y a pas de pilori, personne ne vous montre du doigt, personne ne parle, on ne s’explique pas ; la honte reste feutrée, doucement incurvée vers le dedans, des pétales de honte, des houles, je ne sais quel tressaillement ou quelle poussée qui fait fuir les mains sur les objets, fuir les yeux fuir les mots, et secrète des moiteurs dans le sommeil, empêche de formuler, de dire clairement, par exemple de dire à Térence :
« Ne viens pas »

Monique Laederach, La femme séparée, tome I, Lausanne, L’Âge d’Homme, 1993, p. 27

Monique Laederach (1938 – 2004) est écrivaine, poétesse et critique littéraire neuchâteloise.

Image : Xannda.ch

D’autres citations sur ce blog.

Shares
Share This