Une pirouette
Deux entrechats
Trois cabrioles
Voici la fouine
Qui chaque nuit
Saute en tous sens
Sur le toit raide

 

De tuile en tuile
De sauts en sauts
Elle s’élance
Suit son parcours
Sur les vieux toits
Aussi agile
Qu’une danseuse

 

Alors parfois
Je me réveille
Et glisse un oeil
Pour admirer
Cet animal
A la fois leste
Et imprudent

 

Naturellement
Ce fureteur
S’arrête sur place
Et me regarde
Puis fuit en hâte
Chutant du toit
Avec fracas

 

Emmanuelle de Dardel

 

Peinture : Franz Marc, Weasels Playing, 1911

 

D’autres poésies naturelles sur ce blog.

 

 

Shares
Share This