Sensation infinité

Sensation infinité

Bonheur du printemps
Infinité de couleurs
Au coeur d’une fleur

Vert perpétuel
Feuille d’arbre s’entrouvre
Herbe tendre répond

Les arbres fleurissent
Parfums doux et délicats
Apportés par le vent

Arbre parfumé
Effluence délicate
Sens exaltés

Forsythia jaune
Petites fleurs subites
Soupir du printemps

Mille pétales au vent
Zéphyr dispose les couleurs
Sur sa toile légère

Gouttes aériennes
S’y dissimule la palette
de l’arc-en-ciel

Graines en terre
Cotylédons mystérieux
Regain de vie

Pluie de poésie
Des pétales en liberté
Recouvrent ton coeur

Emmanuelle de Dardel

D’autres haïkus libres sur ce blog.

Peinture : Francis Gruber, Paysage de printemps, 1948

Scintillement

Scintillement

Aujourd’hui tout scintille
La haie de joncs dorés
Bercée par le courant
Illumine la rive

Aujourd’hui tout scintille
La lumière se reflète
Dans chaque particule
Que le soleil caresse

Aujourd’hui tout scintille
Une étoile est tombée
Dans chaque vaguelette
L’horizon étincelle

Aujourd’hui tout scintille
Chaque respiration
Devient inspiration
Et pensée éclairée

Emmanuelle de Dardel

D’autres poésies naturelles sur ce blog.

Peinture : Ferdinand Hodler (Suisse, 1853 – 1918), Sonnenuntergang am Genfersee von Caux aus, 1917

L’attente

L’attente

A force de t’attendre
J’ai oublié mon coeur
Ravalé ma fierté
Et remisé mes rêves

Les impressions obscures
Entravent ma démarche
Enferment mes pensées
Etranglent mes desseins

Des émotions faussées
Jaillissent et éclatent
En un grand cataclysme
Qui bientôt te submerge.


Emmanuelle de Dardel

D’autres poésies intimes sur ce blog

Peinture : John William Godward (English, 1861 – 1922), The Signal, 1899, J. Paul Getty Museum


Les effluves du printemps

Les effluves du printemps

Il y a quelques jours,
Les parfums ont changé,
L’air devient plus clément,
Chargé d’odeurs diverses.

Comme si la nature,
A moitié éveillée,
Offre déjà tout d’elle,
A tous ses habitants.

Les fleurs du printemps s’ouvrent,
Libèrent leurs effluves,
Imprègnent leurs couleurs,
Et charment tous nos sens.

C’est la belle saison,
Profitons-en encore,
Agissons à outrance,
Avant qu’elle ne s’éteigne.

Emmanuelle de Dardel

Peinture : Ambrosius Bosschaert the Elder (Dutch, 1573 – 1621), Flower Still Life, The J. Paul Getty Museum

D’autres poésies naturelles sur ce blog.

Le silence

Le silence

Au coeur de la journée,
Le silence m’échappe,
Je le recherche en vain,
Il est rarement présent.

Plus je le poursuis, plus
Il se dérobe encore.
Cette quête incessante
Me rend désabusée.

Je sais où le surprendre,
En des lieux reculés,
Difficiles à atteindre,
Hors de la société.

C’est d’ailleurs bien là-bas,
Que mon âme demeure,
Dans son refuge tendre,
Préservé et serein.

Emmanuelle de Dardel

Peinture : Vilhelm Hammershøi (Danish, 1864 – 1916), Interior with an Easel, Bredgade 25, 1912, The J. Paul Getty Museum

D’autres poésies intimes sur ce blog.

Au coeur de la nuit

Au coeur de la nuit

Au coeur de la nuit
Le repos me vient
De la solitude

La nuit est mon sang
Mon ressourcement
Mon apaisement

La nuit et ses lumières
Procurent d’ineffables joies
Aux esthètes rois

Chaque nuit diffère
De par ses lueurs
Et ses odeurs tendres

Les bruits de la nuit
Parviennent étouffés
Aux oreilles endormies

Les vertus de la nuit
Une rencontre avec soi
Au sein du silence

Au cours de la nuit
Dans ses grands bras lourds
Abandon de soi

Emmanuelle de Dardel

 

Image : Vincent Van Gogh, Starry Night Over The Rhone

D’autres haïkus libres.

mattis massa sit facilisis ut elit.

Pin It on Pinterest