Haïku participatif : instantané poétique

Vous avez envie d’écrire ? Partagez l’écriture de haïkus avec d’autres sur un thème choisi sur cet article !

C’est quoi un haïku ?

C’est un type de poème qui se prête particulièrement bien pour célébrer un moment qui nous parait riche de sens. Ce poème est très court et s’écrit la plupart du temps en 3 vers avec 5 / 7 / 5 syllabes.

Pour en savoir plus sur le haïku, je vous invite à consulter l’article à ce propos sur l’encyclopédie Larousse. Et lisez aussi quelques haïkus sur une page de haikunet.org.

Thème choisi : instantané poétique

Ma poésie favorite est celle qui met en avant la valeur d’un instant au cours d’une journée : la poésie du quotidien qui nous apparait parfois de manière saugrenue, étrange ou surprenante. Prenons ce thème et écrivons sur un moment d’une journée qui nous a ému.

Comment participer ?

Ecrivez simplement votre.vos haïku.s ci-dessous. Seules les contraintes de la forme du haïku (5/7/5) et du thème sont imposés. Il n’y a aucune limite de date et vous pouvez écrire vos haïkus dans la lecture du moment ou revenir plus tard, dans quelques jours, mois…

Les haïku participatifs

Sur ce blog, vous trouverez plusieurs catégories de poésie participative : haïku, poème à plusieurs mains et 10 mots pour écrire votre poésie

Peinture : Hiroshi Yoshida (1876-1950), Fujiyama from Kawaguchi Lake, 1926
Hiroshi Yoshida sur Hanga Gallery
Hiroshi Yoshida sur Google Arts and Culture

Amour : 10 mots pour votre poésie

Sur ce blog, à côté des poésies d’auteur et des poésies personnelles, nous écrivons aussi des poésies participatives, avec une contrainte de 10 mots.

10 mots donnés

Au début de chaque mois, vous trouverez un article avec un choix de 10 mots à inclure dans votre poésie, en prose ou en vers. La forme de votre poésie est libre.

Thème

Le thème des mots choisis renvoie à l’amour platonique. Libre à vous de créer une poésie sur l’amour passionné, volage ou…

Comment participer ?

Ecrivez simplement votre poésie dans un commentaire, en mettant une étoile après chaque mot donné. Il n’y a pas de limite de participation, vous pouvez rédiger votre poésie aujourd’hui ou dans 6 mois.

Choix des mots

Pour le mois de mars, je me suis inspirée des plus beaux mots de la langue française, selon des utilisateurs twitter de Post Scriptum (recueil de citations, proverbes, maximes et punchlines).

lumière, amour, harmonie, réminiscence, plénitude, ineffable, quintessence, rêve, inassouvi, diaphane

Challenge

Ecrire avec des mots choisis permet souvent une plus grande liberté dans la rédaction. C’est un plaisir pour celui qui lit et celui qui écrit car cette contrainte ouvre l’écriture vers des formes inusitées qui nous transportent. Cela peut être à la fois un jeu et une manière de se découvrir.

Articles précédents avec 10 mots

Lisez les articles précédents de poésie avec 10 mots.

Peinture : Le Tintoret, Pallas Athena drives away Mars, 1576
Google Arts and Culture
Biller Antik

Au coeur de la nuit

Au coeur de la nuit
Le repos me vient
De la solitude

La nuit est mon sang
Mon ressourcement
Mon apaisement

La nuit et ses lumières
Procurent d’ineffables joies
Aux esthètes rois

Chaque nuit diffère
De par ses lueurs
Et ses odeurs tendres

Les bruits de la nuit
Parviennent étouffés
Aux oreilles endormies

Les vertus de la nuit
Une rencontre avec soi
Au sein du silence

Au cours de la nuit
Dans ses grands bras lourds
Abandon de soi

Emmanuelle de Dardel

 

Image : Vincent Van Gogh, Starry Night Over The Rhone

D’autres haïkus libres.

La honte, Monique Laederach

La honte n’éclate pas, c’est un leurre ; il n’y a pas de pilori, personne ne vous montre du doigt, personne ne parle, on ne s’explique pas ; la honte reste feutrée, doucement incurvée vers le dedans, des pétales de honte, des houles, je ne sais quel tressaillement ou quelle poussée qui fait fuir les mains sur les objets, fuir les yeux fuir les mots, et secrète des moiteurs dans le sommeil, empêche de formuler, de dire clairement, par exemple de dire à Térence :
« Ne viens pas »

Monique Laederach, La femme séparée, tome I, Lausanne, L’Âge d’Homme, 1993, p. 27

Monique Laederach (1938 – 2004) est écrivaine, poétesse et critique littéraire neuchâteloise.

Image : Xannda.ch

D’autres citations sur ce blog.

Recette d’écriture

Pour écrire, j’ai besoin de calme absolu,
Pendant plusieurs jours avec moi-même,
Dans mon environnement préféré,
Bien entourée.

Pour écrire, j’ai besoin de laisser venir les émotions,
Sentir ce qui se passe au plus profond de moi,
Etre attentive au moindre détail,
Même insignifiant.

Pour écrire, j’ai besoin de tout écouter, absolument tout,
Et je choisis ensuite les éléments les plus exigeants,
Ceux qui me chuchotent de manière incessante,
C’est moi.

Pour écrire, j’ai besoin de perdre, souffrir, manquer, pleurer,
De ce je ne sais quoi qui me déchire l’âme,
Qui ouvre tout mon intérieur,
Et me laisse à nu et sans vie.

Emmanuelle de Dardel

D’autres poésies intimes.

Image : poème mural d’Adonis, à Leiden, Pays-Bas

***

Texte du poème mural d’Adonis

Loss

Loss, loss. Loss saves us. It guides our footsteps.
And loss is a radiance.
All else is a mask.

Loss unifies us with something other than us.
And loss fastens the face of the sea to our dreaming.

And loss is just waiting.

Adonis (1930 – ), poète syrien

To commemorate 400 years of Arabic Studies in Leiden (1613-2013)

Le déserteur, Boris Vian

Monsieur le Président
Je vous fais une lettre
Que vous lirez peut-être
Si vous avez le temps
Je viens de recevoir
Mes papiers militaires
Pour partir à la guerre
Avant mercredi soir
Monsieur le Président
Je ne veux pas la faire
Je ne suis pas sur terre
Pour tuer des pauvres gens
C’est pas pour vous fâcher
Il faut que je vous dise
Ma décision est prise
Je m’en vais déserter

Depuis que je suis né
J’ai vu mourir mon père
J’ai vu partir mes frères
Et pleurer mes enfants
Ma mère a tant souffert
Elle est dedans sa tombe
Et se moque des bombes
Et se moque des vers
Quand j’étais prisonnier
On m’a volé ma femme
On m’a volé mon âme
Et tout mon cher passé
Demain de bon matin
Je fermerai ma porte
Au nez des années mortes
J’irai sur les chemins

Je mendierai ma vie
Sur les routes de France
De Bretagne en Provence
Et je dirai aux gens:
Refusez d’obéir
Refusez de la faire
N’allez pas à la guerre
Refusez de partir
S’il faut donner son sang
Allez donner le vôtre
Vous êtes bon apôtre
Monsieur le Président
Si vous me poursuivez
Prévenez vos gendarmes
Que je n’aurai pas d’armes
Et qu’ils pourront tirer

Tentative de biographie de Boris Vian sur borisvian.org

D’autres poésies d’auteur

Esquisse

Eperdue dans une autre ville,
A l’issue d’une flânerie,
La poésie réapparait,
Lors d’un instant insignifiant,
Dont l’inattendu me renverse.
Oh que cette beauté demeure !

Au coeur d’une voie monotone,
Un ballet de feuilles surgit,
Et dévoile les pas subtils,
Des ballerines du printemps,
Emportées par un vent gracieux,
Dans une scène féerique.

Emmanuelle de Dardel

Peinture : Edgar Degas, Quatre danseuses
https://www.edgar-degas.org/Four-Dancers.html
Google Art and Culture, Four Dancers, Edgar Degas, c. 1899

D’autres poésies naturelles.

PS : Le hacking semble réglé. Avec mes excuses pour les désagréments subis ces dernières semaines.