Un Noël peu ordinaire

Un Noël peu ordinaire

Un Noël peu ordinaire

On se réjouissait tellement de se retrouver pour fêter Noël. Mais une fois l’heure venue, un dernier test covid a réduit nos espoirs à néant. On était à nouveau positifs, 6 mois après l’avoir attrapé. Toute la famille y est passée, la fille, les jumeaux, le père et moi. Déjà qu’on avait subi 10 jours d’isolement, pour « rien », c’était rageant. Pour rien, ce n’est pas tout à fait exact. On sait bien que même les vaccinés et les asymptomatiques peuvent le transmettre. Mais on est restés en isolement, à 5, sans aucun symptôme. Le matin, le midi, le soir, la nuit, on s’est cloîtrés dans notre petite maison, à tourner en rond, à ne plus savoir quoi faire. Et il a fallu recommencer ce cirque la veille du réveillon. Quel désastre !

Noël, parlons-en ! D’habitude, les enfants détestaient aller chez leurs grands-parents. Ils faisaient tout pour éviter cette corvée. Ils sont grands maintenant, ils en ont assez de dire bonjour poliment, puis de se tenir bien à table durant le long service, et encore de patienter durant tout le repas pour avoir enfin un peu de bûche glacée à la vanille et au chocolat. Ah, cette bûche est divine. Elle fond sous la langue, elle pétille dans la gorge et elle explose dans le cerveau, à chaque fois qu’on avale une bouchée. C’est la spécialité de maman. Mais c’est la seule chose qu’elle réussit. Tout le reste est souvent raté. Et Noël chez eux se transforme en calvaire culinaire.

Alors imaginez la joie des enfants, lorsqu’on leur a dit qu’on restait à la maison. Cora sautait sur les canapés, accompagnée par le chat, Caribou, qui miaulait à tue-tête. David et Tom, les jumeaux, couraient dans toute la maison. Un vrai concours de vitesse. Et à chaque fois qu’ils passaient près de nous, à la cuisine, ils hurlaient de rire, sans s’arrêter, jusqu’à ne plus pouvoir respirer. Ils reprenaient leur souffle, se regardaient l’air de dire « on ne sera jamais calmes, hein ! » et leurs rires repartaient de plus belle. Rapidement, on s’est laissés envahir par leur fou-rire. On s’est tous mis à pleurer de joie, de rire, de plaisir… Un moment en famille inédit, on a compris qu’on avait besoin d’être entre nous, pour partager ce moment en étant nous-mêmes, sans contraintes ni obligations.

On a fait le programme : préparer le menu ensemble. Par chance, on avait des réserves. Le lendemain, on était tous prêts à cuisiner en teams de choc. Cora et John ont fait l’entrée et le dessert. Ils nous ont réservé la surprise, ils n’ont rien voulu nous dire. On les a vus pouffer de rire et s’affairer dans la cuisine des invités. Tandis que les jumeaux et moi, on a fait rôtir le poulet et les pommes frites maison. Vous savez, des grosses frites irrégulières, cuites au four, les meilleures hein ? On croque dedans et on a la bouche remplie d’une purée chaude et délicieuse, à peine salée et poivrée, pour garder la vraie saveur, avec le croquant de la peau cuite dans la graisse du poulet. D’ailleurs cette année, on a innové. David avait envie de frites de pommes de terre et Tom de frites de patate douce. On a fait les 2, un duo de frites. Des frites pomdouce. Mmm, c’était un vrai délice.

En entrée, on a eu une belle salade composée, pleine de fraîcheur et de couleurs hivernales qui s’accordaient bien avec Noël : de l’orange, de la salade verte, des carottes rapées, un peu d’oignon émincé finement, des kiwis en tranches. Et pour le dessert, un ensemble de nos gâteaux préférés, cuits dans les moules à muffins. Le « meilleur du meilleur cake au chocolat, qui s’avère être vegan », les muffins aux morceaux de pommes fondantes comme une purée, les tartelettes aux deux citrons frais et confits, les cakes choco-marron. Le tout servi avec la bûche glacée fondante de mamie.

On a eu le meilleur réveillon du monde. Et on a dégusté le repas à 5, ensemble et détendus. On a mangé en pyjamas rouge à carreaux. C’était un Noël extraordinaire, si différent de ceux qu’on avait l’habitude de passer loin de chez nous. Même le chat a eu sa part du menu. Et à la fin du repas, on a profité chacun de nos chambres. Toute la famille a passé une soirée inoubliable, relax et libre. Merci Covid, je n’aurais jamais pensé dire ça un jour, mais tu nous as sauvés d’une fête terne et ennuyeuse. Je vais sans doute vous faire peur, mais on aimerait bien réitérer l’expérience l’année prochaine, pour les 15 ans des jumeaux. Peut-être même qu’on pourra inviter les grands-parents. Et cette fois, promis, on aura mis une dinde et des marrons dans le congélateur !

 

Voici la consigne Arcinfo Concours “Contes de Noël 2021”. Et les gagnants.

Bibliographie spéciale dossier de postulation et entretiens d’embauche

Bibliographie spéciale dossier de postulation et entretiens d’embauche

Bibliographie spéciale dossier de postulation et entretiens d’embauche

Ces références sont disponibles dans la base de données des bibliothèques romandes RERO.  

1. Documents généraux

Piaget, M., Demain j’arrête d’être salarié. Comment créer son entreprise, Genève, Georg, 2004 Success & Career, Objectif emploi, guide suisse de carrière (français / allemand), Genève, 2005
 

2. Le CV

Capo-Chichi, C., Le CV, Levallois-Perret, Studyrama, 2019 Capo-Chichi, C., CV et lettre de motivation sans diplôme ni expérience, Levallois-Perret, Studyrama, 2011 Engelhard, J.-M., Réussir son CV, Paris, L’étudiant, 2004  

3. La lettre de motivation

Capo-Chichi, C., La lettre de motivation, Levallois-Perret, Studyrama, 2018 Porot, D., Réussir sa lettre de motivation, Paris, L’Express, 2006  

4. L’entretien d’embauche

Barakat-Nuq, M., Réussir son entretien, Paris, Hachette pratique, 2006 Porot, D., 101 questions pièges de l’entretien d’embauche et les réponses pour décrocher le job, Paris, L’Express, 2005 Porot, D., Réussir ses entretiens d’embauche, Paris, L’Express, 2006 Porot, D., L’entretien d’embauche en 202 questions, Paris, Solar, 2018  

5. La reconnaissance

Nunge, O. & Mortera, S., Satisfaire son besoin de reconnaissance, S’accepter et être accepté, Genève, Jouvence, 1998    

L’enthousiasme est à la base de tout progrès.

Henry Ford

6 éléments complémentaires au CV

6 éléments complémentaires au CV

En image : cet article en carte mentale.

6 éléments complémentaires au CV

Votre CV est déjà réalisé, pourtant vous êtes conscients que ce document ne vous met pas assez en valeur. Pour pallier à cela, voici une liste de 6 éléments à améliorer. Cela vous permet d’harmoniser votre personnalité, votre parcours et votre CV. Les 6 éléments sont les suivants : vos valeurs primordiales, vos besoins, vos emplois de rêve, vos entreprises préférées, les personnes de contact, votre discours intérieur. Détaillons ces éléments.  

1. Vos valeurs primordiales

Vous avez déjà travaillé dans nombre d’entreprises. Certaines correspondent à votre personne, d’autres un peu moins. Pour déterminer plus aisément les sociétés ou organisations qui vous conviennent, la première étape est de faire une liste de vos valeurs intrinsèques. En comparant les valeurs de l’entreprise avec les vôtres, vous devriez récolter les informations qui vous permettent de décider si vous êtes sur la même longueur d’ondes.  

2. Vos besoins

Acceptez-vous toutes les conditions de travail ? Ou avez-vous des préférences qui influencent votre productivité ? Si oui, il est indispensable de les prendre en compte, voire même de lister vos défauts, afin d’éviter ce qui ne vous convient pas. En vous focalisant sur le positif et ce que vous désirez, il est plus facile d’atteindre votre but.  

3. Vos emplois de rêve

Vous rêvez d’obtenir un nouveau poste de travail, mais vous ne savez pas bien ce que vous souhaitez réellement. Afin de pallier à ce tâtonnement, faites une liste de tous les emplois qui vous tentent. Puis classez-les selon 3 catégories : ceux auxquels vous pouvez prétendre actuellement, ceux pour lesquels il est nécessaire d’acquérir une formation et ceux qui sont inaccessibles. Cette liste sera votre programme de vie.  

4. Vos entreprises préférées

Vous connaissez certaines entreprises sur le bout des doigts, tandis que d’autres vous sont inconnues. Faire une liste de vos entreprises préférées vous permettra de vous interroger à propos de vos choix. Vous serez ensuite en mesure de mieux vous renseigner à leur propos, pour affiner vos connaissances et vos envies.  

5. Les personnes de contact

Vous connaissez des gens qui travaillent déjà pour l’entreprise qui vous intéresse. C’est une chance. Poursuivez sur cette voie en cultivant des liens authentiques avec ces personnes en poste. Et faites de même pour les entreprises que vous souhaitez intégrer. Rien ne vous empêche de prendre contact pour faire connaissance. Aujourd’hui, avec Linkedin ou Xing, les possibilités sont démultipliées.  

6. Votre discours intérieur

Avez-vous remarqué ce que vous vous serinez à longueur de temps ? Prenez note de votre discours intérieur, pendant une semaine. Vous serez peut-être surpris. Il se peut que vous soyez déjà très positif, ce qui est une excellente nouvelle. Au contraire, vous êtes peut-être défaitiste et peu amène à votre encontre. En tous les cas, ce 6e exercice vous aidera à mieux vous apprécier.  

En résumé

Vous améliorez votre CV pour obtenir le travail dont vous rêvez, et c’est une excellente nouvelle. Cependant, il est important de bien vous connaître pour déterminer vos points forts et les utiliser au travail. C’est dans cette optique que ces 6 éléments complémentaires peuvent vous aider.  

Ne soyez ni confiant, ni banal, ni empressé, trois écueils ! La trop grande confiance diminue le respect, la banalité nous vaut le mépris, le zèle nous rend excellents à exploiter.

Honoré de Balzac

 

Plumebis, une mise en valeur adaptée, académique, de vos textes

Rédactrice et correctrice professionnelle, copywriter et coach en écriture, Emmanuelle de Dardel a fondé il y a deux ans son entreprise. A l’enseigne de Plumebis, elle ne fait pas que corriger les textes qui lui sont confiés : elle leur ajoute de la valeur. Avec l’humain en point de mire.

 

« Toute jeune déjà, mon entourage s’approchait de moi quand il fallait corriger un texte. Et comme j’ai toujours écrit pour moi mais également pour les autres, j’ai une facilité certaine en la matière. Je détecte facilement les erreurs, les tournures maladroites et peux redonner forme au texte aisément. » Il faut dire qu’Emmanuelle de Dardel a grandi dans un univers littéraire par excellence. Elle vivait en France dans une petite ville entre le conservatoire et la bibliothèque, où elle passait de nombreuses heures. En effet, la lecture est un des domaines de prédilection de la fondatrice de Plumebis dès son plus jeune âge.

 

Soutenue dans toutes ses démarches par un papa qui lui-même a fait profession d’écrire, puisqu’il est, outre ses fonctions de pasteur, journaliste, elle apprend beaucoup dans son sillon. L’âme d’artiste de ce papa qui non seulement écrit, mais se révèle être un artiste aux talents multiples, est un phare pour la jeune fille, qui se heurte sinon à une certaine incompréhension et une volonté de lui faire embrasser une autre carrière.

 

Ainsi, découragée dans son envie pourtant irrépressible de devenir écrivain, Emmanuelle de Dardel se tourne d’abord vers l’enseignement, et obtient un Bachelor d’enseignante primaire. « Mes élèves avaient l’impression que nous faisions beaucoup de français, alors que je suivais simplement le plan d’études. Par contre, j’ai toujours veillé de près à leur expression écrite et orale, me rendant compte là aussi que nombreux sont ceux qui éprouvent des difficultés à s’exprimer, et à construire un texte de surcroît. »

 

Titillée depuis longtemps par son envie de ne se consacrer qu’à la rédaction et à la correction des textes des autres, elle mène d’abord les deux activités de front, avant de se rendre compte que sa clientèle mérite son attention à plein temps, et qu’elle souhaite dorénavant se consacrer uniquement à sa passion première. « Pour une fois, j’ai fait confiance à mon intuition, et jusqu’ici je suis convaincue d’avoir choisie la bonne voie. Surtout qu’il y a tant à faire pour apporter une valeur ajoutée à tout écrit ! »

 

Ce qui plaît dans la démarche d’Emmanuelle de Dardel, outre son professionnalisme à toute épreuve, c’est sa façon d’entrer en relation avec l’autre. « Pour moi, l’humain est au centre de tout échange. » Et c’est ainsi qu’elle a appris, au fil des expériences, qu’il s’agit dans un premier temps de créer du lien, et d’amener la confiance de l’autre. Comprendre ses besoins. Et y répondre point par point.

 

« Quand quelqu’un vient me voir avec un texte à corriger, je ne m’intéresse pas uniquement au texte. Je le prends dans son contexte, et cela commence, cela va de soi, par son auteur » confie-t-elle alors. Bien qu’elle ne se considère en aucun cas comme une thérapeute, Emmanuelle de Dardel sait poser les bonnes questions et conduire son interlocuteur à se confier. « En ayant une compréhension plus profonde de ce qu’a voulu exprimer l’auteur du texte, je suis encore plus à même de proposer des modifications et suggérer des améliorations. »

 

S’adresser à Plumebis, c’est s’adresser à une rédactrice/correctrice qui se mue en partenaire. En première lectrice du texte, Emmanuelle de Dardel se rend rapidement compte de ce qui cloche, mais peut passer de nombreuses heures à trouver une solution adéquate. « Chaque mandat est individuel. Personnel. Je ne fais pas un prix en fonction du type de document, mais en fonction de ce qui sera nécessaire pour amener l’ébauche à une toile de maître. »

 

Sachant s’entourer de professionnels chevronnés dans des domaines aussi divers que le droit, le marketing et la psychologie, Emmanuelle de Dardel ne rechigne devant aucune tâche, ne renonce jamais avant d’avoir réellement apporté un plus à l’écrit fourni. Si elle insiste, c’est qu’elle sent que c’est absolument nécessaire de le faire, quitte à faire preuve d’une certaine pugnacité. « Les gens ne s’adressent généralement pas à moi pour juste corriger les fautes d’orthographe, bien que je le fasse également. Il y a derrière une volonté de mieux faire, et là où il y a une volonté, il y a un chemin. »

 

Passionnée et passionnante, elle trouve toujours le mot juste, l’expression la plus appropriée, la plus achevée. Après son passage, les textes sont impeccables. Percutants et convaincants. Une belle démarche, la sienne, qui prouve que passion peut devenir profession.

 

Céline Smith Latscha, journaliste

3 manières d’écrire son à propos

3 manières d’écrire son à propos

En image : l’organisation de l’atelier d’écriture “à propos”

Votre “à propos”

Vous possédez un site internet pour votre activité professionnelle : vous avez défini vos offres. Sur votre page “à propos”, vous présentez ce que vous apportez à vos clients. Cette page est parfois compliquée à rédiger, car il s’agit de mettre en avant ce que vous faites et qui vous êtes. Ecrire son à propos, c’est rédiger un résumé de votre personnalité et de votre activité professionnelle, en quelque sorte. Et il se doit d’être percutant, tout en étant limpide et révélateur. Les mots choisis véhiculent en outre vos véritables intentions et vos valeurs intrinsèques. Tout un art. Voici 3 manières de rédiger ou réviser votre à propos.

 

Rédigez-le vous-même

Vous avez déjà tenté de rédiger votre à propos vous-même. Cela présente assez bien et vous êtes plus ou moins satisfait. Il est néanmoins conseillé d’entrer dans les détails pour parler de vous en profondeur et vous mettre en avant. L’exercice n’est pas des plus faciles, car on rechigne souvent à se dévoiler vraiment. Pris par le temps, on se dit parfois qu’on rédige une première version et on n’y revient plus. Le brouillon reste en ligne et ne vous rend pas justice. Comment puis-je savoir tout ceci ? Tout simplement parce que je navigue sur vos à propos, pour savoir ce qui pourrait vous aider à les améliorer. Et peut-être aussi parce que j’ai révisé le mien à plusieurs reprises.

 

Faites-le reformuler

Votre à propos est terminé, et on vous a souvent dit que votre texte ne vous ressemble pas, ne vous met pas bien en valeur. Dans ce cas, je peux vous aider à prendre conscience et mettre des mots sur vos points forts, grâce à un questionnaire à propos. Puis, je reprends vos propres mots pour reformuler votre présentation et produire un texte qui vous ressemble, avec vos mots et vos pensées. Plus vous vous livrez “à moi” sans retenue, plus je peux déceler vos particularités, pour ensuite les mettre en valeur pour vous. L’idéal étant de rencontrer les clients qui vous ressemblent, avec lesquels vous aurez du plaisir à travailler. Et ceci se fait en vous autorisant à être vous-même au quotidien et dans votre à propos.

 

Prenez part à un atelier d’écriture “à propos”

Vous êtes plutôt partisan du Do It Yourself ? Alors vous préférez réviser vous-même votre à propos. Cet atelier d’écriture à propos est fait pour vous. Au cours de 3 rendez-vous d’une heure, vous répondez à un questionnaire à propos, choisissez vos mots-clés, rédigez, puis améliorez votre texte. La cerise sur le gâteau : votre correctrice corrige votre texte. Conçu, organisé et animé par votre correctrice-rédactrice qui est aussi enseignante, cet atelier vous aide à vous dévoiler aux autres, par oral, puis par écrit. Cette émulation vous permet de prendre conscience de vos personnalités et parcours, au sein d’un petit groupe bienveillant.

 

En résumé

Votre à propos est la représentation de ce que vous offrez à vos clients : vos services, mais surtout comment et pourquoi vous les réalisez. Vous pouvez le rédiger vous-même, le faire reformuler ou prendre part à un atelier d’écriture à propos.